jumeauÀ vous qui ne verras jamais le jour,
Je m'excuserai toujours,
De vous avoir privé à jamais,
De la vie telle qu'elle est.

Je vous assure cette larme au coin de mon sourire,
Elle n'est pas prête de mourir,
Elle sera là pour vous,
À chaque peine, chaque joie.

En cette larme douloureuse,
Persistera vos âmes malheureuses,
Ces âmes à qui,
En ma détresse, j'ai enlevé la vie...

Soulagerais-vous un jour ma peine,
D'avoir voulu sauver ma vie,
En sacrifiant la votre,
Par le seul moyen possible à mon avis...

Je porterai chaque jour vos âmes,
Ainsi que le fardeau du blâme,
De leurs avoir retiré leursz essence,
Avant même leurs naissance.

Je souffre de sourire puisque vous,
Vous ne le pourrais jamais,
Je le jure détrompez-vous,
Malgré tout ça, je vous aimais...